Breaking News
prev next
Search
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Filter by Custom Post Type
Acte de foi de Mohammed VI : une mosquée construite dans la tradition marocaine pour les musulmans de Côte d’Ivoire
mars 7, 2017
0

Avant la fin de son séjour en terre ivoirienne, le Roi du Maroc , sa Majesté Mohamed VI , s’est rendu le vendredi 3 mars 2017 en compagnie du Président ivoirien Alassane Ouattara à Treichville, commune qui doit accueillir dans environ 30 mois la mosquée offerte par le Royaume du Maroc à la communauté musulmane de Côte d’Ivoire.

Cette mosquée d’une capacité de 7. 000 places portera le nom de sa majesté Mohamed VI et sera construite sur un terrain de 2, 5 hectares situé en bordure de la lagune Ebrié. Sur le site , le Roi du Maroc et le Président ivoirien, entourés de quelques membres du gouvernement, notamment Hamed Bakayoko, ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité et Isaac Dé, ministre de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme ont eu droit à une présentation du projet de construction de la mosquée Mohamed VI. Celle-ci sera construite dans la pure tradition marocaine. Elle comprendra entre autre une salle de conférence, la résidence de l’imam.

Comment Mohammed VI gère son grand retour dans la famille de l’Union africaine
mars 7, 2017
0

Trente-deux ans après avoir claqué la porte de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), le Maroc devrait réintégrer l’instance panafricaine, aujourd’hui l’Union africaine (UA). Pour l’occasion, le roi Mohammed VI est à Addis Abeba depuis vendredi. Si l’adhésion du royaume semble acquise, l’Algérie et l’Afrique du sud tentent de la retarder et d’imposer les conditions de la « cohabitation » avec la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui revendique la souveraineté sur le territoire du Sahara occidental.

Siégera, siégera pas ? À moins de 24 heures du début du sommet des dirigeants de l’Union africaine, les 30 et 31 janvier à Addis Abeba, qui doit consacrer le retour du Maroc dans l’organisation panafricaine, les analystes se perdaient en conjectures sur la participation ou pas de Mohammed VI. Le souverain chérifien est arrivé vendredi soir dans la capitale éthiopienne à la tête d’une importante délégation comprenant entre autres, son conseiller et ami, Fouad Ali El Himma, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, le ministre délégué, Nasser Bourita, le puissant patron de la Direction générale des études et de la documentation (DGED, services secrets extérieurs), Yassine Mansouri…

Le roi a annoncé son intention de réintégrer l’UA en juillet 2016 à Kigali. Depuis six mois, il a multiplié les déplacements, se rendant entre autres au Rwanda, en Éthiopie, en Tanzanie, au Sénégal, au Mozambique. Et les officiels marocains ont fait le forcing pour revenir siéger dans l’enceinte dès ce sommet. Mais l’Algérie et l’Afrique du sud, soutiens inconditionnels de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), ne l’entendent pas de cette oreille.

Vendredi soir, Mezouar et Mansouri ont eu une réunion houleuse avec la présidente de la Commission de l’UA, la sudafricaine Nkosazana Dlamini-Zuma. L’adhésion du royaume devait être examinée comme troisième point de l’ordre du jour de la réunion de lundi des chefs d’État. Or, la Sudafricaine veut l’inscrire à la fin de la deuxième journée. « Les Algériens et les Sudafricains espèrent ainsi soulever au dernier moment la question des frontières héritées de la décolonisation [Ndlr : et ainsi reposer le débat de l’annexion marocaine du Sahara en 1975] et de la reconnaissance de la RASD comme préalable à l’accession du royaume en espérant repousser notre adhésion », explique un officiel marocain.

L’ordre du jour est dorénavant dans les mains du président sortant de l’UA, le tchadien Idriss Deby, et de son successeur, le guinéen Alpha Condé, qui vont présider les réunions. « Les deux dirigeants ont donné des assurances au roi qui a effectué le déplacement à Addis Abeba, tente de se rassurer l’officiel. Normalement, l’adhésion du Maroc doit être validée ce lundi. Cette adhésion permettra d’installer le porte-nom du pays dans la salle de réunion des chefs d’État, notre fanion ainsi que notre drapeau. Le roi sera invité à prononcer un discours, le mardi, avant la clôture. »

Un virage à 360 degrés. Le Palais a longtemps tergiversé sur l’intérêt ou pas de réintégrer l’organisation panafricaine. Le grand-père de Mohammed VI, feu Mohammed V, était perçu comme un panafricaniste. Auréolé de sa stature d’exilé forcé à Madagascar par les Français, il a contribué à la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA, ancêtre de l’UA). En janvier 1961, peu avant son décès, il a réuni à Casablanca plusieurs de ses pairs pour jeter les bases de la future organisation, créée deux ans plus tard. Son fils, Hassan II en claquera la porte en novembre 1984 pour s’opposer à l’admission, deux ans plus tôt, de la RASD. Davantage tourné vers l’Ouest, qui en fait un allié dans la lutte contre l’influence soviétique, Hassan II continuera néanmoins à entretenir de bonnes relations politiques avec les pays du pré carré francophone, particulièrement le Sénégal, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Gabon…

Lorsqu’il accède au trône en 1999, le jeune roi, Mohammed VI, et ses conseillers décident de repartir à la conquête économique de l’Afrique. L’idée est d’y trouver des relais de croissance alors que les pays de l’Union européenne, le débouché naturel, sont plus préoccupés par l’élargissement que par leur voisinage du sud de la Méditerranée. Le roi multiplie alors les déplacements sur le continent, emmenant à chaque voyage une impressionnante caravane commerciale, annule la dette des pays africains, accorde des bourses pour les étudiants du sud du Sahara qui veulent se former au Maroc… Au cours de ses visites, il signe des accords de coopération bilatérale et demande aux grands groupes du royaume d’investir en Afrique. La Royal Air Maroc va alors ouvrir des liaisons sur le continent, les banques, les cimenteries, les sociétés de télécoms s’y installer. La diplomatie économique est d’abord tournée par l’Afrique francophone puis aussi vers les pays anglophones.

Formalité. Mais le roi reste longtemps inflexible sur la question de l’Union africaine. Pas question de la réintégrer tant que la RASD y siège. C’est ce que lui conseille l’ancien ministre des Affaires étrangères, Taïeb Fassi-Fihri, actuel conseiller diplomatique. Pourtant, au sein du ministère marocain des Affaires étrangères, les avis divergent. Certains diplomates recommandent un retour au sein de l’UA, arguant qu’il y serait plus facile d’y combattre de l’intérieur la RASD et son parrain algérien. In fine, Mohammed VI se laissera convaincre par ses alliés africains de franchir le pas. Les présidents amis du Sénégal, du Gabon, du Congo, de la Côte d’Ivoire militent en ce sens depuis des années. Et, ces derniers mois, les dirigeants comme le Rwanda, l’Éthiopie, la Tanzanie n’y sont plus opposés. À tel point, qu’à la veille du sommet de l’UA, les officiels marocains prétendent que leur retour ne sera qu’une formalité, 44 pays africains promettant de la soutenir.

À Addis Abeba, les chefs d’État africains doivent aussi élire le prochain président de la Commission de l’UA. Nkosazana Dlamini-Zuma ne souhaite pas rempiler pour un deuxième mandat de quatre ans car elle veut retourner en Afrique du Sud pour y briguer la magistrature suprême de son pays. Le Maroc soutient officieusement la candidature de l’ancien ministre sénégalais, Abdoulaye Bathily. Un problème pour l’Algérie qui craint qu’après son retour, le royaume en profite pour faire demander l’exclusion de la RASD. Alger préférerait l’élection de la patronne de la diplomatie kényane, Amina Mohamed, qui s’oppose publiquement à cette exclusion, ou du ministre des Affaires tchadien, Moussa Faki Mahamat, jugé plus proche. Cette élection est d’autant plus importante que le royaume menace de barrer la route aux Algériens dans les instances de l’UA, comme à la tête de l’importante Commission paix et sécurité. L’UA est loin d’en avoir fini avec les querelles des deux frères ennemis du Maghreb.

 

Source : http://www.lopinion.fr

Les entreprises françaises face à la concurrence croissante du Maroc sur les terres africaines
mars 7, 2017
0

Après avoir réintégré l’Union africaine en janvier lors du sommet des chefs d’État, le roi du Maroc a repris ses déplacements sur le continent. Il est actuellement en Côte d’Ivoire où il déploie une intense diplomatie économique. Une étude récente de BearingPoint souligne le dynamisme des opérateurs marocains en Afrique, qui rivalisent de plus en plus avec les entrepreneurs français.

François Hollande se faisait photographier en chapka et pelisse en fourrure au Kazakhstan en 2014 ; Mohammed VI a pris la pose en début de semaine en veste aux symboles africains, avec le créateur de mode Path Ouédraogo. C’était à Abidjan où il terminait une nouvelle tournée africaine qui l’a mené au Ghana, en Zambie, au Kenya, en Guinée et en Côte d’Ivoire. Le roi du Maroc a multiplié les déplacements sur le continent depuis un an. Il se déplace avec une caravane d’hommes d’affaires et de grands patrons.

D’ici quelques années, le premier concurrent français dans le pré carré francophone africain devrait être le royaume marocain. Le Palais porte la diplomatie économique et le roi s’est engagé personnellement, en multipliant les déplacements en terre africaine. Les premières années, après son accession au trône en 1999, il a commencé par les pays alliés de l’Afrique francophone. Aujourd’hui, ses efforts portent aussi sur l’Afrique anglophone. Il est allé récemment au Rwanda, en Tanzanie, en Éthiopie, au Nigeria…

Le roi se veut le chantre du codéveloppement, de la coopération sud-sud, n’hésitant dans ses discours à attribuer les difficultés de l’Afrique à son passé colonial. « Mohammed VI a fait plus de 80 voyages sur le continent depuis son intronisation, indique Etienne Giros, directeur délégué du Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian). Le royaume a fait du continent une cible stratégique pour le développement de ses entreprises. Les opérateurs économiques adhèrent totalement à la stratégie royale et sentent obliger de la réaliser ». Pour les entreprises, il est aussi plus facile de s’implanter en Afrique qu’en Scandinavie ou en Angleterre où les barrières techniques ou tarifaires sont plus élevées.

Source : http://www.lopinion.fr

مراسيم استقبال شعبي رااائع وكبير للملك محمد السادس في الكوت ديفوار
février 27, 2017
1

 

VIDÉO. ARRIVÉE DU ROI À ACCRA POUR UNE VISITE OFFICIELLE EN RÉPUBLIQUE DU GHANA
février 16, 2017
0

© Copyright : DR

Le roi Mohammed VI, accompagné du prince Moulay Ismail, est arrivé, jeudi après-midi à Accra, pour une visite officielle en République du Ghana, dans le cadre d’une tournée qui mènera le souverain dans plusieurs pays africains frères.

A sa descente d’avion à l’aéroport international Kotoka à Accra, le roi a été accueilli par le vice-président de la République du Ghana, M. Mahamudu Bawumia. Par la suite, Mohammed VI a été salué par plusieurs hauts responsables ghanéens.

 

Le souverain a été également salué par l’ambassadeur du Royaume au Ghana, M. Hamid Chabar, et les membres de la représentation diplomatique du Maroc à Accra.

Le vice-président de la République du Ghana a été salué, par la suite, par des membres de la délégation officielle accompagnant le souverain, composée notamment du Conseiller, M. Fouad Ali El Himma.

 

La délégation comprend également le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Salaheddine Mezouar, le ministre de l’Economie et des Finances, M. Mohamed Boussaid, le ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville, M. Nabil Benabdellah, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, M. Aziz Akhannouch, ministre par intérim du Tourisme, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid Alami, ministre par intérim de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, le ministre de la Santé, M. Lhossine El Ouardi, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Nasser Bourita, ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires.

 

Un accueil chaleureux a été réservé au roi à l’intérieur de l’aéroport où une troupe folklorique locale a exécuté des chants et des danses en signe de bienvenue.

 

Après une brève pause au salon d’honneur de l’aéroport international de Kotoka, le cortège officiel s’est dirigé vers la Résidence du souverain au milieu de chants de troupes folkloriques et des vivats et ovations d’une foule nombreuse de citoyens ghanéens et marocains venus acclamer le souverain et lui souhaiter la bienvenue au Ghana.

Par Le360 (avec MAP)

Tournée africaine du Roi : La Guinée Conakry se prépare à lui réserver un accueil grandiose
février 13, 2017
0

Dans le cadre de sa nouvelle tournée africaine, le roi Mohammed VI se rendra en Guinée où le parti politique au pouvoir entend lui réserver un « accueil grandiose ». Selon la presse locale, le roi y séjournera du 16 au 18 février prochain.

« Vous connaissez les liens de fraternité qui nous lient. Il faut sortir pour l’accueillir. Le Maroc est toujours resté un grand ami de la Guinée.  » Aucune équivoque dans le message de l’ancien ministre du régime Lansana Conté et membre du bureau politique du parti au pouvoir en Guinée, RPG-Arc-en-ciel, Alpha Ibrahima Keira, formulé le 11 février à l’annonce de la tournée africaine du roi Mohammed VI.

Selon la presse guinéenne, le souverain séjournera du 16 au 18 décembre en Guinée. Le parti au pouvoir s’engage à lui réserver un accueil chaleureux, fraternel et grandiose et mettra également cette visite à profit afin « d’évaluer les accords signés entre son pays et le nôtre il y a quelques mois », précise la même source.

Le roi Mohammed VI visitera en effet ce pays frère dans le cadre d’une nouvelle tournée africaine qui débutera au courant de la semaine et le conduira en plus de la Guinée Conakry, au Ghana, Zambie, Kenya, Mali et Côte d’Ivoire.

srource : http://lesinfos.ma

Sa Majesté le Roi Mohamed 6, que Dieu le Glorifie, attendu en Côte d’Ivoire, avant la fin du mois de février.
février 7, 2017
0

Sa Majesté le Roi Mohamed 6, que Dieu le Glorifie, en Côte d’Ivoire, avant la fin du mois de février.

Insert
Aller à la barre d’outils